RXC à Groville et Mufflins

Rxc, envoyé très spécial de La Mine, en léger différé de Groville et banlieue de Mufflins.

Ça commençait mal ce sadi soir à Groville. Je me préparais à aller au concert de Gégé Lilin à la salle des fêtes Pierre Bellemare de Mufflins quand ma voiturette de location refusa de démarrer. J’avisai un quidam qui passait par là.
“Holà mon brave, pourriez-vous me pousser pour démarrer cette carriole”, “D’accord, parisien, si tu me paies un coup”.
Deux heures plus tard nous avions parcouru les trois kilomètres et les douze troquets qui nous séparaient du concert. La prestation de Gégé Linlin était nulle, il était constipé et n’a pas pu se barbouiller de ses excréments. Très déçu, mon copain Fifrelin Flon Flon et moi-même décidâmes d’aller nous encanailler au Palmito où nous fîmes la connaissance de Chichita, patineuse sur vomi, qui avait décidé ce soir-là de raccrocher les patins pour se lancer dans la téléréalité. J’aurais dû me méfier quand Fifrelin s’est mis à crier :
“Tournée de GHB pour tout le monde !” et que le DJ balança à fond dans la sono “Somebody put Something in my Drink” des Ramones.
Je me réveillai gromanche matin au volant de ma voiturette sur un parking désert de Chichinieux. À la place de l’ivre mort, Fifrelin ronflait en uniforme nazi. Chichita endormie sur la banquette arrière avait visiblement repris la compétition. Il ne me reste que quelques flashs du reste de la soirée. Je crains fort que l’on m’ait contraint à faire des choses ignobles comme jouer sur une basse à 5 cordes ou pire, à faire du rock festif en pantacourt.
Je tiens à préciser que les images qui circulent de moi sur Facebook où je joue du djembé et de l’épinette des Vosges sont des montages grossiers. Je suis dans l’avion de Groland Assistance qui me rapatrie en urgence à Paris après une réaction allergique aux poils de ragondin. La suite peut-être au prochain numéro.