Tool, la musiqueu que j’aimeu

Après douze ans d’attente*, il fut enfin arrivé le jour de voir TOOL en concert. Quelle attente. Dix ans. 4 380 jours. 105 120 heures. Leur tournée en Europe, qui passe par le HellFest, se joue dans de grosses salles, à Berlin et à Prague dans les O2 Arena, genre de grosses salles un peu impersonnelles à plus de 18 000 places, où sont organisés show des Kids United, course de moto sur glace et autres rassemblements douteux. Comme la majorité des concerts de ce gabarit désormais, ce concert, cette tournée est gérée par Live Nation, structure américaine à l’origine notamment du Main Square. Même si je n’aime pas ce genre de salle et encore moins cet organisateur, pas le choix que de baisser la tête et claquer 80€ pour voir un de mes groupes favoris.

À Prague, où avec Stephiscient Mental, nous avons rejoint la Biscotte, nous avons assisté à un concert d’un peu moins de deux heures. Trop court pour 12 ans d’attente. Le show est pro, pas un poil qui dépasse, pas une fausse note. Y’a pas à dire : c’est propre. Le chanteur, Maynard James Keenan, qui après avoir montré son cul au festival du Devenir à Saint-Quentin en 1993, est devenu pudique et chante à l’arrière de la scène, dans l’ombre. C’est un peu perturbant, mais ça peut être intéressant de casser les codes de temps en temps. La part belle est donc pour les musiciens. Ça envoie du lourd, ça balance des riffs et du joli VJ fidèle à l’univers artistique du groupe. C’est carré, c’est propre. Mais malgré un joli show qui a bien envoyé dans les oreilles et dans les yeux, tout cela manque d’âme. Pas de communication avec le public, pas de rappel (peut être encore pour casser les fameux codes du live). Ça manque de punch et d’amour tout ça !

Conclusion : Tool reste un des groupes référence du métal progressif, ils ne prennent pas une ride mais attention à ne pas devenir des princesses.

CeOL

*Le dernier concert en France date de 2007 au Rock en Seine.
Crédit dessin : La Biscotte / Photos : CeOL

Share Button