Unforgiving Night #1

Live report du 3 mai 2018 à La Lune des Pirate d’Amiens

Blabla et photos par Baba

C’est une Lune à demi-pleine qui accueille la soirée. Lifescarred comme à son habitude joue efficace dans l’extrême. Le public a comme une réticence à bouger. Et puis au milieu du set comme s’il s’est réveillé, il part en kawouët. Toujours aussi fort, aussi puissant, aussi prenant… Lifescarred ça te prend, ça t’attrape et ça te retourne. Le set se termine par une reprise de Kickback. Lors de l’introduction de ce dernier morceau, le chanteur s’exprime face au public quant à un article paru dans le fanzine La Mine. Allez les mineurs (euses) prenez-vous ce tacle !! Enfin c’était adressé à Blyde & Connie. Ça arrive de faire des coquilles. Mais c’était sans savoir qu’il y avait une Mineuse présente lors de cette soirée. Mouahahahahahaha !!!

Full Throttle Baby débute son concert devant un parterre presque vide et des gradins dans le même état. Le chanteur ni une ni deux va rameuter les fumeurs. Ça commence par une référence à Dalida et son câble de micro. Durant tout le concert, il y aura des références bizarres aux antipodes de la musique que le groupe fait : Véronique & Davina, Jacques Martin, le clown Zappata,…
Full Throttle Baby est la claque de la soirée, du rock’n’roll à souhait, de la sueur, de l’humour débile, des gros riffs de gratte et de l’humain putain… de l’humain. Les poulets ont perdu toutes leurs plumes. Le chanteur n’ayant peur de rien et surtout pas d’un public parsemé, qui au fil des titres qui s’enchaînent a osé se rapprocher, il a passé plus de la moitié du set dans le public à gigoter partout. Le groupe ne lâche rien. A l’annonce de morceaux qui causent de love ou de morceaux plus posés… que nenni rien y fait, c’est comme si le groupe était habité par un petit diable qui a chaud au popotin. Un titre marquant lors de ce set (est-ce parce que je suis une femme, i don’t know ?!) celui traitant de la condition des femmes lors des concerts. Ben oui les gars, c’est pas parce que nous allons à des concerts de musiques « à testostérone » que l’on veut se faire défoncer le cul pour rester polie.

Unswabbed alors là je dois avouer que je suis restée sceptique et sur ma faim. Du néo métal excellemment bien foutu, efficace et puissant. Mais il manquait un peu de crado, des pets de travers, pas grand-chose pour que je rentre dedans. Après visuellement, c’était magnifique. Les paroles en français –anglais on adhère ou on n’adhère pas, peu importe, ne m’ont pas convaincues. Musicalement, ça jouait ça envoyait le steak façon escalope sur Joséphine Ange Gardien.
De cette soirée, j’en retiens un public qui se tire à l’issue d’un concert, découvertes de deux groupes que je ne connaissais pas qui m’ont surpris l’un comme l’autre dans des univers différents. Un groupe local qui tire son épingle du jeu avec un set carré et qui n’en oublie pas de t’arracher deux trois cheveux. Bref une bonne soirée. Merci Romain.

Share Button