Dandy Wild

Chronique de l'album - like a clown in a chess game -
DANDY WILD

Fondé en 2010, ce power trio Amienois enregistre son premier album en 2016. Ce disque baigne dans le rock au sens élargi. je ressens surtout les influences 70’,80’ des groupes comme Led Zeppelin, The Who, Killing joke et j’en passe, mais aussi des groupes plus modernes du style QOTSA.

Emmené par leur bassiste, qui n’en est pas à son coup d’essai car ayant joué dans les Trotskids et Tréponem Pal entre autres, Denis Garnier a su s’entourer de Stéphane Gosselin à la batterie et d’Amaury Deletombe à la guitare pour cet album.

Le premier des 10 morceaux de l’album, "Time will take you far" donne le ton avec une sonorité hard rock. "Going to the west" se veut plus mélodique, "Pawns in the game" et "Anguished cries" flirtent avec la pop tout en gardant un coté "burné". "Win the fight" repart mélodique avec quelques envolées de guitare. "Illusion of life" et "The place to be" montent un peu dans les tempos, "Never trust" est plus frontal dans la mise en place, "Find the key" amène une approche rythmique plus blues rock. "If you are blind" termine cet album avec son coté punk 70’.

Like a clown in a chess game est un album rock bien diversifié dans les compositions. La production de l’album est soignée sans être trop lisse. Dandy Wild c’est bon a écouté mais c’est encore mieux sur scène.

S-Crow

Share Button

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*